À propos

 

test 007,,

   

 

    infra-mince              dérisoire               volatile              possibles           relations            mobilité          échappatoire          mots            vivant             ouverture            incongru            poétique

 

 

Ma démarche

Miettes ce sont des petits morceaux, des extraits d’images, de mots et de pensées qui se combinent, et se retrouvent côte à côte dans mes productions.

A l’origine, il y a l’idée de rapprochements. L’intuition et l’imagination sont des vecteurs de mon travail.

Je m’intéresse aux choses à première vue futiles et discrètes.

J’observe les connexions possibles, le but est de trouver un point de contact entre deux éléments, pour passer d’un espace à un autre, du réel au récit, comme une entrée, une échappée.

Sortir les sujets de leur place initiale pour qu’ils deviennent incongrus, déplacés, poétiques, pour inviter à la rêverie.

Dans mes textes, je joue avec le double sens des mots avec leur son, pour créer des confusions et quiproquos. Les dialogues fonctionnent souvent sur des malentendus. J’y introduis parfois certaines expressions qui ne sont plus employées aujourd’hui, pour produire des décalages entre différents registres de paroles.

Ces courts textes sont en relation avec des images qui ne sont pas pensées comme étant des illustrations. Le texte qui est à proximité conditionne la lecture de l’image, je travaille autour de ces rapports d’influences.

 

 

 

La gravure

Parce qu’elle permet cet aspect combinatoire, la gravure est pour moi un moyen de donner forme à mes idées. Je travaille à partir de plusieurs matrices qui me permettent d’avoir une approche fragmentaire de l’image et de rapprocher des dessins sortis de mes carnets.

Je pratique la gravure en pointe sèche en autodidacte, sur différentes matrices (zinc, cuivre, rhodoïd…). J’utilise également la technique du Chine collé sur certaines estampes avec une attention particulière portée au papier, à sa texture, à sa couleur, sa finesse.

J’aime le mot « graver » car il évoque quelque chose qui reste profondément, et en même temps est contredit par la finesse et la fragilité du tirage de l’estampe.

 

 

 

Mon parcours

Après un DNAP à l’ENSBA à Lyon, je prends mes clics et mes clacs pour partir en Amérique du Sud, un voyage ou je développe ma pratique des carnets de dessins et d’écriture et qui me marque profondément. Aujourd’hui je suis enseignante en arts plastiques et j’anime des ateliers de création. Je mène en parallèle mon travail de gravure.

 

 

 

Citations et influences

« Faites-vous petit, ne blessez pas l’air » Nicolas Bouvier, L’usage du monde, 1963

« Il n’y a pas de hasard, il n’y a que des rendez-vous. » Paul Eluard

« Nous sommes les otages d’un monde muet qui nous environne. » Francis Ponge, extrait du film de Jean Daniel Pollet Dieu sait quoi.

« Comment s’y prendrait un arbre qui voudrait exprimer la nature des arbres? Il ferait des feuilles, et cela ne nous renseignerait pas beaucoup. Ne sommes-nous pas mis un peu dans le même cas? » Francis Ponge, Le parti pris des choses, notes premières de « l’homme« , p.214, Gallimard.

 

 

 

Mon rapport aux livres et aux images

« sur les rayons de ma bibliothèque, j’ai vu un monde surgir à l’horizon« . Jack London

Réintroduire du sens, inviter à la rêverie, « vaguer » cela peut être laisser vaguer son imagination. Comment l’objet livre peut modifier ou ouvrir un autre espace dans l’interprétation de l’image qu’il contient?

dans Turner
Tirage numérique couleur sur papier perlé (59cm/91cm), photographie prise à partir du livre Turner, par Andrew Wilton (reproduction de la toile « Le naufrage »)